SENSE AND SENSIBILITY – JANE AUSTEN

Injustement privées de leur héritage, Elinor et Marianne Dashwood sont contraintes de quitter le Sussex pour le Devonshire, où elles sont rapidement acceptées par la bourgoisie locale étriquée et à l’hypocrisie feutrée.
L’aînée, Elinor a dû renoncer à un amour qui semblait partagé, tandis que Marianne s’éprend bien vite du séduisant Willoughby. Si Elinor, qui représente la raison, dissimule ses peines de coeur, sa cadette étale son bonheur au grand jour, incapable de masquer ses sentiments.

Titre VO : Sense and Sensibility
Titre VF : Raison et Sentiments
Autrice : Jane Austen
Editeur : Penguin Classics
Date de publication : 2014 (1° publication : 30 Octobre 1811)
Genres : Classique / Historique / Romance
Lu en : VO (eng)
Format : Papier
Nombre de pages : 353 pages
Ma note : 17/20 – 4 Stars

For a quick review in English, please scroll down.

Je ne sais plus trop comment c’est venu mais avec CupofChill (son blog ici), on a décidé de se lancer dans une lecture commune de « Sense and Sensibility » de Jane Austen. Et comme on aime toutes les deux lire en VO, quoi de mieux que de découvrir la plume de la romancière dans sa langue originale !

Je dois avouer que j’avais un peu peur au moment de me lancer à la découverte de Jane Austen. Car oui, je n’avais encore jamais lu ses romans, même pas « Orgueil et Préjugés » !
Alors je ne savais donc absolument pas à quoi m’attendre au niveau du style d’écriture ni même si la lecture allait s’avérer laborieuse.

Les 4-5 premiers chapitres sont un peu déroutants. On nous introduit immédiatement à une multitude de protagonistes et il est très difficile au début de les distinguer. Car, effectivement, plusieurs hommes portent le prénom de John (quelle idée !) et les femmes sont souvent désignées par le même titre (par exemple, Mrs. Dashwood peut à la fois désigner Elinor, Marianne, leur mère, ou bien encore l’épouse de leur frère, Fanny !)
Il a de quoi être perdu !
Quant au style, ma foi je n’ai éprouvé aucune difficulté à entrer dans l’histoire. Pour du vieil anglais, ça se lit relativement bien, si ce n’est quelques altérations orthographiques pour certains mots (ça nous a d’ailleurs perturbé avec CupofChill ^^).
Pour ce qui est de la narration, on a un point de vue omniscient et le tout est raconté à la 3ème personne du singulier. Un procédé somme toute classique.

Ce fût une bonne chose pour moi de faire cette lecture commune car cela m’a permise de me rendre responsable de ma progression et ainsi de ne pas décrocher trop rapidement.
Si j’avais été seule dans mon coin, peut-être que je l’aurais abandonné ou du moins laissé de côté pour un temps indéterminé, car le début m’a un peu refroidie. Mais avec la motivation commune, j’ai pu me booster et tant mieux.

Une fois prise dans l’intrigue, je n’avais plus aucun mal à enchaîner les chapitres. Je prenais énormément de plaisir à suivre les aventures et mésaventures d’Elinor et de Marianne Dashwood.

J’ai voulu m’appliquer dans ma lecture (car parfois j’ai tendance à me précipiter et à survoler certains passages). Mais ici, il me semblait important de savourer la lecture, de faire l’effort de bien comprendre pour ainsi mieux profiter de ce roman historique incontournable.
Je ne voulais tellement pas passer à côté de ma lecture que j’ai même pris des notes directement à même le livre (bouh, sacrilège !) et j’ai également étaler dans mon bullet journal mes réflexions et moments clés de l’histoire. Je crois d’ailleurs que cette manière de procéder a été bénéfique puisqu’elle m’a permis de mieux m’investir dans l’intrigue, d’en avoir une meilleure compréhension et d’ainsi parvenir à m’attacher aux protagonistes.

Pour ce qui en est des personnages, d’ailleurs, je peux affirmer que j’ai mes favoris et ceux qui me sortent par les yeux.
Pour mes préférés, on a d’abord Elinor, l’héroïne en quelque sorte de ce roman. J’ai aimé le côté réfléchi et mature d’Elinor, son tempérament pragmatique mais très ouvert d’esprit. Elle fait preuve de bon sens et on peut d’ailleurs attribuer le mot « Sense » à Elinor. On peut aussi penser qu’à travers le personnage d’Elinor, Jane Austen nous livre ses commentaires et opinions sur les coutumes et les relations de son époque. Elinor se fait un peu la porte-parole de l’autrice.

J’ai également beaucoup apprécier les personnages masculins tels que le Colonel Brandon (un homme touchant et affectueux) ou encore Edward Ferrars (qui malgré une erreur de parcours romantique – on ne lui en tiendra pas rigueur – a su emporter mon petit coeur en guimauve).

En revanche, je n’ai pas tellement apprécié le personnage de Marianne. A l’inverse d’Elinor, Marianne se laisse uniquement guider par ses émotions et a des idées bien arrêtées concernant les relations amoureuses. Si Elinor représente « Sense », Marianne est définitivement le côté « Sensibility » du titre.
Ses emportements et son côté fleur bleue face à Willoughby m’ont parfois profondément agacée.
Il en est de même pour la mère d’Elinor et de Marianne, Mrs. Dashwood a un tempérament similaire à Marianne et fait donc parfois preuve de naïveté face au comportement des hommes de leur entourage.

Pour ce qui est des personnages que j’ai profondément haï, on a en premier temps Willoughby (mais ça, ça n’est pas une grande surprise – depuis sa première apparition dans le roman je ne l’ai pas senti, et ma méfiance à son égard s’est avérée juste).
On a aussi le frère des soeurs Dashwood, John, ainsi que son épouse, Fanny. Ces deux-là, dans le genre radin au possible, on ne fait pas mieux ! Aucune substance en ce qui les concerne si ce n’est l’appât financier.
Et puis on termine en beauté avec celle que je déteste fortement, Miss Lucy Steele. Manipulatrice, menteuse, inculte, grossière, cupide. Bref, tous les péjoratifs sont bons pour qualifier ce personnage. C’est tout simplement une peste.

Bon, tout ce monologue pour vous dire que j’ai lu mon premier Jane Austen et que ce fût une merveilleuse expérience. Je vais très probablement me pencher sur ses autres œuvres, à commencer par « Orgueil et Préjugés » !

My thoughts on Sense and Sensibility

I was afraid to read a classic but thanks to the buddy read with CupofChill, I pushed through and ended up loving it!
The beginning was quite unsettling; they were too many characters introduced at once, and definitely too many Johns for one single story!
But as soon as I got the hang of it, I was deeply immerged in the story and was having fun following the characters’ misadventures. I took my time reading it, not wanting to miss a thing, I even took notes in the book while reading. I think it allowed me to reach a deeper understanding of the plot and of the characters.
Thus, I can say I am most definitely familiar with the storyline and can confirm that my favourite protagonists are Elinor, Colonel Brandon and Edward Ferrars. On the other hand, I quite disliked Marianne and Mrs. Dashwood and I deeply hated Fanny Dashwood, Willouhghby and above all Lucy Steele.
I would most likely read more from Jane Austen!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s